NOSTALGIE, un amour de radio

C'est en 1983 que Pierre Alberti crée RADIO NOSTALGIE à Lyon avec l'argent gagné lors de la revente de RADIO CONTACT, une autre radio créée quelques années auparavant.

Plusieurs animateurs et journalistes le suivent dans l'aventure. RADIO NOSTALGIE diffuse alors une majorité d'artistes français (près de 80%) des années 1960 à 1980, pour un public âgé de 40 à 50 ans.

A partir de 1985, RADIO NOSTALGIE développe un réseau en France et arrive à Paris en 1986. RMC qui souhaite comme les autres périphériques, se développer sur la bande FM, entre dans le capital de RADIO NOSTALGIE à hauteur de 35%.

En 1989, RMC augmente sa participation et devient majoritaire dans la station avec 51%. Le reste du capital est partagé entre Pierre Alberti et d'autres sociétés.



RADIO NOSTALGIE réalise alors près de 5% d'audience et rajeunit sa cible en visant les 30-40 ans. De nombreuses stations diffusant jusque là KISS FM, rejoignent RADIO NOSTALGIE en 1990. La radio adopte un nouveau slogan: "un amour de radio".

Au début des années 90, RADIO NOSTALGIE s'exporte à l'étranger, notamment en Belgique, au Portugal, à Moscou, au Liban et en Afrique (Abidjan, Lomé, Dakar).

En 1997, la "générale occidentale" entre dans le capital de la radio avec 49%, tandis qu'RMC conserve ses 51%.  La radio rajeunit encore sa cible avec des titres des années 80 et des émissions de divertissement. Pour celà l'antenne fait appel à quelques célébrités de l'époque comme Pierre Bellemare, Georges Beller, Lio ou Pierre Galibert.

C'est un échec, l'audience ne suit pas et la radio. Jusqu'en 1998, la station est devancée par SKYROCK, FUN RADIO ou encore EUROPE 2.


Lors de l'éclatement du groupe RMC en 1998, RADIO NOSTALGIE, comme MONTMARTRE FM, est à vendre. MONTMARTRE FM est rachetée par LV&CO (Gérard Louvin) tandis qu'NRJ s'empare de RADIO NOSTALGIE.

Les radios locales protestent contre ce rachat, estimant que le groupe NRJ serait en situation de monopole sur le marché de la publicité locale avec ses quatre réseaux (NRJ, CHERIE FM, RIRE & CHANSONS, NOSTALGIE).

Le CSA (conseil supérieur de l'audiovisuel), qui avait donné son accord au rachat de la radio, impose finalement des conditions au groupe NRJ. Celui-ci devra rendre passif l'un de ses réseaux. CHERIE FM est préssentie, mais la colère des franchisés (à l'époque, la majorité des fréquences de CHERIE FM sont "actives"), conduira le CSA et NRJ à choisir RIRE & CHANSONS, réseau plus récent et comptant moins de stations locales afin de limiter la casse.


Le groupe NRJ avait en effet racheté de nombreuses radios locales comme PRESQU'ILE FM par exemple, afin de développer son nouveau réseau. Les nouveaux franchisés croyaient en ce nouveau concept. C'est donc un véritable coup de massue qui s'abat sur les locales du réseau, qui doivent tout simplement mettre la clef sous la porte et cesser de proposer un programme local (donc fermeture des studios, licenciements...).

Mais le rachat par NRJ profitera finalement à RADIO NOSTALGIE, bien que l'arrivée au sein du groupe rue Boileau ne se soit pas faite sans casse. Les animateurs stars, sont alors remplacés par de nouvelles têtes.
En changeant radicalement la programmation et en redonnant sa place aux musiques des années 60 et 70, la radio remonte spectaculairement dans les sondages, récupérant une majorité d'auditeurs délaissés par les autres réseaux de la bande FM.


En trois ans, la radio double son audience pour atteindre son record de 9,1 points au printemps 2001. Dès le changement de programmation au printemps 1998, la radio gagne 3 points en moins d'un an (près d'un million et demi d'auditeurs). Du jamais vu.

Le repositionnement de la radio permettait en effet à NRJ GROUP de proposer une palette de cibles à ses anonceurs avec des radios n'entrant pas en concurrence entre elles.

Mike Wagner, Jean-Marc Morandini et Christophe sabot deviendront successivement directeurs des programmes de NOSTALGIE. 

Aujourd'hui RADIO NOSTALGIE se maintient à un bon niveau d'audience, avec une stabilité remarquable dans un paysage sans cesse en mouvement, soit 7 à 8 points selon les saisons (voir les audiences sur nos pages).

L'animation sans artifices,  permet à la radio d'être rapidement identifiée sur la bande FM. Eric Dessestre, Christophe ravet, André Micheau, Michel Cotet, ou Bruno Gilbert deviennent des voix incontournables de la station. En soirée, une large part est faite aux titres des années 80 avec "classic 80" de Marc Leval. Une émission dans laquelle on retrouve des jingles NOSTALGIE, copie conforme de ceux qui ont fait les beaux jours d'NRJ au début des années 80!




En 2015, un nouveau logo plus sobre voit le jour...


© RESAPROD / RADIO-PHONIC 2015
Rédaction: Zack MOULLEC

SOMMAIRE

SOMMAIRE NOSTALGIE